Korean air a380 WHV

24h de vol avec l’A380 de Korean Air en classe économique

Avec du retard, voici un article qui résume mes 24h de vols avec la compagnie Korean Air. Rien à voir mais, à chaque fois que je vois le logo de Korean Air, ça me fait penser à Pepsi !

L’embarquement

Me voilà donc avec mon gros sac à dos en direction de la douane, où j’aperçois un amont de personne, ce qui est bizarre, car quelques minutes plutôt il n’y avait pas grand monde. Une personne dans la foule nous explique (ma famille et moi), qu’il y a une alerte bagage au niveau des embarquements et que tous ceux qui étaient à la douane doivent faire demi-tour, ça commence bien l’aventure… Mais, je vous rassure l’alerte n’a pas duré très longtemps. Je dis une dernière fois au revoir à ma famille et je me dirige vers les douanes qui sont, du coup, bondées. Il n’y a plus qu’à prendre son mal en patience.
J’entends à quelques mètres de moi un agent d’escale qui demande à ceux qui ont un passeport biométrique de la suivre. Avec quelques personnes nous la suivant jusqu’à des douanes automatiques. Première fois que j’utilise ces sas. C’est très simple, il faut sortir son passeport le passer dans le scanner (dans le bon sens, hein) puis le sas s’ouvre, on rentre dedans, on se dirige vers une deuxième porte et là, on doit poser son index sur le scanner d’empreinte, quelques secondes après, la deuxième porte s’ouvre.

Petit conseil : si tu vois du monde en douane et que tu as un passeport biométrique essaie de trouver les douanes automatiques, gain de temps assuré !

Je me dirige vers ma porte d’embarquement, qui est au fin fond de l’aéroport. J’ai dû prendre une navette automatique, genre métro, pour y arriver…

A bord de l’A380

Korean Air A380 - WHVBon, je vous avoue que je ne savais pas tout de suite que j’étais dans un A380. Je m’en suis rendue compte en allant aux toilettes (bah quoi, oui, je suis une fille et je vais aux toilettes !), il y avait une boutique au fond de l’avion ainsi qu’un escalier qui m’emmène à un premier étage. J’ai voulu aller voir, mais il y avait une barrière en haut des escaliers… escalier qui menait à la classe Prestige ! De retour à mon siège, j’ai vérifié avec les brochures misent à disposition et en effet, j’étais bien dans un A380. Prendre l’A380, c’est fait !

Que nous propose Korean Airline comme prestation ?

Sur chaque place, la compagnie nous offre des chaussons (trop la classe !), une brosse à dents, un minidentifrice, des caches yeux, un oreiller, une bouteille d’eau et un casque. Une cKit pour dormir - A380 - Korean Airouverture est mise à disposition. Chaque siège à son propre écran, très appréciable quand on a 2x10h de vol. Bon, il faut savoir que la plupart des films sont en anglais, sous-titré en coréen, Japonais. Mais il est possible de trouver des films en français. Ce que j’ai apprécié aussi, c’est de pouvoir suivre le vol en temps réel, combien d’heures il nous reste, à quelle vitesse on va et où nous sommes. Il y a même la possibilité de voir ce qui se passe devant/en dessous de l’avion grâce aux caméras. A l’atterrissage, je l’ai mise sur la vue « cabine de pilotage ». Il y a aussi des jeux d’arcade comme le Tetris par exemple, ça fait passer le temps.

Ah oui, j’allais oublier le plus important, possibilité de recharger ses appareils par USB.

Les repas

On a le choix entre 4 repas : occidental, coréen, chinois et japonais. Le premier repas, j’ai pris occidental (poulet, pomme de terre, brocolis, pain, salade et dessert). Ce n’est pas de la grande cuisine, mais c’est très correct. Ils proposent aussi des vins français, chiliens et australiens ainsi que toutes sortes de jus. Pour le petit déjeuné, je suis restée sur un petit déjeuner continental, car les autres petits déjeuner n’étaient pas sucré et pour moi petit déjeuner rime avec sucré !

Deuxième repas, j’essaye un repas coréen. Je ne serais vous dire le nom du repas, mais c’était bon jusqu’au moment où, je me rends compte que la sauce pique énormément, pour les personnes qui me connaissent, ils savent très bien que je n’aime pas trop tout ce qui pique, pour vous dire le poivre sa pique ! Je me rabats donc sur l’eau, puis je cherche le pain sur mon plateau, rien, je regarde autour de moi, ils ont tous du pain, damn it, pourquoi pas moi ? Je demande à une hôtesse si je peux avoir du pain et elle me répond que je n’ai pas de pain, car je n’ai pas pris le repas occidental. Mais elle me propose d’aller voir s’il y en reste. Elle revient avec du pain (mon sauveur), ça va mieux. Donc petit rappel personnel : quand j’essaie un nouveau plat demandé si ça pique !

Les escales

Première escale à Séoul, aéroport très lumineux et propre. J’y suis restée 3h. Il y avait des musiciennes dans l’aéroport, elles jouaient principalement du violon, il y avait une pianiste pour les accompagner. C’était très divertissant et ça fait passer le temps. Dans l’aéroport, il y a des bornes pour recharger ses appareils, très pratique ainsi que du wifi gratuit. Pendant ces 3h, j’en ai profité pour essayer mon Reflex, aller sur le net et j’aurais dû me reposer…

Seconde escale à Sydney, là, je commence à être vraiment KO, en plus j’ai 6h d’escale, je me dis que je vais pouvoir me reposer tranquillement allongée sur les bancs, mais non, ce n’est pas possible à l’aéroport de Sydney, car tous les sièges ont des accoudoirs… pas cool les Aussies !

Aéroport de Sydney, impossible de faire la sieste allongé !

Aéroport de Sydney, impossible de faire la sieste allongé !

Je continue à m’amuser avec mon Reflex et à aller sur Internet. Ah oui, à l’aéroport de Sydney, il y a le wifi gratuit, mais il faut remplir un formulaire, jusque-là c’est simple, puis il y a la question « quel est votre code postal ? » code postal australien bien entendu. Si tu ne remplis pas ou mal, tu n’as pas accès au wifi. Je me dis que je vais regarder ça avec ma 4G, mais non Hélène, ce n’est pas possible, car tu n’es plus en France. Je commence donc à chercher un peu partout dans l’aéroport puis ne trouvant pas, je demande à une personne si elle peut me donner un code postal australien. Voici celui de Sydney, si ça peu aider certains : 2000.

Enfin, je suis dans le dernier avion avec 1h30 de vol. Dès mon arrivée dans l’avion, je demande au Stewart quand le repas va être servi, au début ou à la fin du vol, pour savoir quand je peux enfin me reposer un peu, le repas est au début, je mange et je m’allonge, oui, oui allongée, car j’ai les 3 sièges seulement pour moi, on sort l’oreiller, le plaid et on fait ça petite sieste…

Arrivée en Nouvelle-Calédonie

Enfin arrivée en Nouvelle-Calédonie, j’attends plus que mon sac, revêtit de sa housse jaune fluo, pour un repérage rapide, qui protège le sac et sert de protection contre la pluie aussi ! Quand on attend, et qu’on sait qu’on a fait 2 escales, il est légitime de penser « est-ce que mon sac ne s’est pas perdu en route ? » Je vous rassure mon sac est bien arrivé (ouf), il n’y a plus qu’à passer la douane et la biodiversité. Avec mon sac de rando, j’ai dû ouvrir mon sac pour qu’ils vérifient s’il n’y avait pas de terre/graines sous les chaussures, sur la tente etc, donc pensez bien à nettoyer vos semelles et la tente. Tout est nickel, le monsieur de la biodiversité me dit qu’il en a vu passer des sacs de randonnées, mais que le mien était le plus ordonné et rangé (tu vois maman, que je suis ordonnée ! 😉 ) ça facilite leur travail et facilite le mien pour tout remettre en une fraction de seconde !

Aller, plus que quelques minutes et je serais enfin sortie de ce long « Terminal », accueilli par mon amie d’enfance Margaux et le soleil !!!

Mon avis sur la compagnie Korean Air

Très bonne compagnie aérienne, les hôtesses et stewards sont très attentionnés et si besoin, ils trouvent toujours une solution à nos problèmes. J’ai vraiment apprécié le port USB et le kit pour dormir. Par contre, je ne sais pas si toutes les prestations que j’ai énuméré sont dans tous les avions de Korean Air ou seulement sur l’A380. Les sièges sont très confortables (46 cm de large) avec une bonne inclinaison (181°) pour dormir. Il y a même des rabats (gauche et droite) sur les reposes tête, ça évite les torticolis après avoir dormi.

Astuce : si vous voulez choisir un bon siège, c’est-à-dire, pas à coté des toilettes, avoir assez de place pour les jambes et ne pas être servi en dernier pour les repas , il y a le site SeatGuru qui nous renseigne sur les bons et mauvais sièges en fonction de la compagnie et du modèle d’avion.

Je recommande donc Korean Air !

Allez, à moi 3 semaines en Nouvelle-Calédonie !

See you soon fellow

1 commentaire

  1. entrepreneurs construction quebec

    merci pour l’effort et le partage.
    Excellent article. je vous remercie pour l’effort 🙂

Publier un commentaire